Nénette

Nénette

DE NICOLAS PHILIBERT

France, 2010, 67’, prod. Les films d’ici et dist. Les Films du Losange

Nénette est née en 1969 dans les forêts de Bornéo. Il est très rare qu’un orang-outan atteigne cet âge. Pensionnaire de la ménagerie du Jardin des Plantes depuis 1972, elle y a aujourd’hui plus d’ancienneté que n’importe quel membre du personnel. Chaque jour, des centaines de visiteurs défilent devant la cage de cette vedette incontestée des lieux. Elle suscite d’abondants commentaires que Nicolas Philibert enregistre, sans quitter des yeux l’animal, à l’affût de ses plus subtiles expressions, de ses gestes les plus éloquents.


Il est parfois salutaire de revenir à des fondamentaux. Ainsi : qui regarde quoi, qui regarde qui ? Le pourquoi vient tout seul dès lors que nous savons à quel point ce que nous contemplons nous observe. Une idée comme celle-ci peut mener très loin. Quelle sorte de spectateur peut-on être, en effet, si, croyant regarder, nous nous sentons épiés par ce que nous examinons ? Nicolas Philibert, s’est senti traversé par toutes ces questions, un jour où il baguenaudait au Jardin des plantes. Devant les orangs-outangs, et singulièrement devant Nénette, 40 ans, il s’est dit qu’il pourrait planter sa caméra. Il en a fait un film dont chaque plan est consacré aux singes. À Nénette, d’abord et surtout. À ses colocataires ensuite, Tübo, son petit, Théodora et Tamü.

Ce film extraordinaire nous rappelle, à sa façon, que le cinéma n’est que cela : nous nous laissons hypnotiser par le regard de Nénette, double point lumineux d’un grand corps prisonnier et dans ses yeux se reflète mélancoliquement notre condition humaine.

Sophie Avon, Slate.fr

Pour visionner le film, rendez-vous sur le site de la 25ème heure en cliquant ici