Homo / Animal

Homo / Animal

DE CHRISTOPHE LOIZILLON

France, 2010, 29’, prod. et dist. Les Films du rat

Le dispositif demeure identique aux films précédents ; chaque séquence met en scène un animal dans son environnement à travers un plan unique, volontairement étiré pour laisser au regard le temps de scruter, d’évaluer, de se perdre dans l’image, puis imaginer, ressentir et enfin comprendre. L’habileté de Christophe Loizillon réside dans sa capacité à toujours trouver la bonne distance, le cadre juste par rapport au sujet qu’il décrit, plaçant parfois la caméra à hauteur de l’animal pour traduire avec plus d’évidence sa propre vision du monde, ou prenant au contraire le recul nécessaire à l’ampleur de la présence physique, comme lorsqu’il filme un ours en liberté, ou un verrat dont on collecte le sperme, dans une séquence particulièrement déroutante. Puis, en rapprochant sa caméra, il change radicalement de point de vue. Ainsi, face au regard attentif et débonnaire d’un chien d’aveugle ou à la déambulation placide de deux escargots sur le bord d’une route, la sphère des humains apparaît alors comme un monde de stridences, d’éruptions, de vitesse et de danger.
A l’inverse, c’est tout le mystère de l’âme animale que l’on entrevoit dans l’œil intense et vibratile d’une vache à l’air circonspect, où se mêlent l’instinct, l’atavisme, le réflexe et la pure sensation. De cette confrontation entre les deux règnes naît surtout de l’incompréhension : celle de la bête face au bruit et à la fureur des hommes qui ont asservi la terre entière ; mystère aussi pour l’homme que ce monde étrange et furtif que l’on devine derrière le regard obstinément muet de ces êtres fragiles.

Arnauld Visinet, Bref Magazine, n°95, 2010